AgendaRestez à l'affût !

SIEF (SÉMINAIRE INTERNATIONAL D'ÉTUDES FÉMINISTES)

jeudi, 03 octobre 2019 14:00 – jeudi, 19 mars 2020 17:00
Lieu: Université des Femmes, Rue du Méridien, 10, 1210 Saint-Josse-ten-Noode
Catégorie: Cycle annuel de formation
Type de billet Prix Quantité
SIEF 60,00 €

LES OUBLIÉES DU GENRE

La « science » et le « savoir » ont été pendant longtemps des domaines réservés aux hommes. Si une évolution certaine est en cours, les femmes restent encore trop peu nombreuses dans les métiers des sciences dites « dures » et de la recherche. Des inégalités entre les femmes et les hommes persistent dans ces domaines et la lutte pour l'équité continue.
L'Université des Femmes a d'abord orienté son travail de recherche autour de cette représentation encore inégale des femmes dans les « sciences » et plus particulièrement dans celles dites « dures », pour constater ensuite que le lien entre femmes, sciences et savoirs est bien plus complexe et protéiforme qu'on ne le pense.

L'angle d'analyse que l'Université des Femmes a finalement privilégié est celui de la position sexuée du chercheur-e vis-à-vis de son objet d'étude, et par voie de conséquence vis-à-vis de la prétendue neutralité des pratiques scientifiques et des savoirs. C'est à partir de cette réflexion critique et féministe des sciences désormais bien installée dans le monde francophone que l'Université des Femmes propose son Séminaire International d'Études Féministes 2019-2020.

Une science neutre serait une science qui n'est ni masculine ni féminine. Historiquement, les féministes ont pourtant fait le constat que la science a été construite par et pour des hommes. Se désolidariser de cette prétendue objectivité ou neutralité rejoint l'objectif de ce séminaire. Les enjeux de cette problématique sont loin d'être purement théoriques, mais sont au contraire très concrets. Prenons l'exemple de l'infarctus. De nouvelles études montrent qu'il est beaucoup moins détecté chez les femmes que chez les hommes. Les symptômes éprouvés par les femmes sont en fait très différents de ceux ressentis par les hommes. Malheureusement , jusqu'ici, les symptômes universellement (re)connus d'une crise cardiaque sont ceux subis par les hommes. Cet exemple a des conséquences graves pour la vie des femmes, car leur prise en charge est alors retardée (1)... La journaliste britannique Caroline Criado-Perez a quant à elle démontré que les femmes  « sont rendues “invisibles” dans la conception d'objets » (2). Par exemple, les dispositifs de sécurité des voitures ne sont tout simplement  pas adaptés aux femmes. La majorité des mannequins de crash-test représente le corps d'un homme de 1,70 m et de 76 kilos. Ici encore, les conséquences sont graves : « Moins souvent impliquées dans les accidents, les femmes ont toutefois 47% de risques supplémentaires d'être sérieusement blessées lorsque cela arrive, 71% d'être légèrement blessées et 17% de mourir »(3).

Pour déconstruire le lien historique qui lie objectivité et masculinité, le SIEF décomposera la problématique en trois volets principaux.
La première partie, intitulée « Entrer dans toutes les sciences », étudiera ce que le genre fait aux sciences. Il s'agira d'évaluer la prise en compte du genre comme outil et concept d'analyse sur la production de sciences et de savoirs.
La deuxième partie, « À positions spécifiques, méthodes originales », montre que les femmes, en tant que groupe, ont une histoire et un vécu particuliers, et donc une place différente de celle des hommes dans la société. Cette socialisation ne produit pas la même approche du réel que celle des hommes.
La troisième et dernière partie « Changer les sciences », tentera de répondre à la question : que reste-t-il de la science une fois les normes masculines déconstruites? « Que peut-on garder d'une science genrée, ou que faut-il en jeter pour faire de la “bonne science” ? » (4). La rencontre entre les sciences, le savoir, et le féminisme rend-elle la science plus objective? C'est du moins notre pari!

(1) Léo Baron, « La crise cardiaque, marqueur inattendu d'inégalité entre femmes et hommes », TV5 Monde, 3 mars 2017 https://information.tv5monde.com/terriennes/les-signes-crise-cardiaque-differents-entre-femmes-hommes-152482

(2) Marlène Thomas, « Les femmes dangereusement oubliées dans la conception des objets du quotidien, Libération, 28 février 2019 https://www.liberation.fr/planete/2019/02/28/les-femmes-dangereusement-oubliees-dans-la-conception-des-objets-du-quotidien_1712137 

(3) Marlène Thomas, « Les femmes dangereusement oubliées dans la conception des objets du quotidien, Libération, 28 février 2019 https://www.liberation.fr/planete/2019/02/28/les-femmes-dangereusement-oubliees-dans-la-conception-des-objets-du-quotidien_1712137

(4) (dir.) D. Fougeyrollas-Schwebel, H. Rouch, C. Zaidman, « Sciences et Genre. L'activité scientifique des femmes. États-Unis, Grande-Bretagne, France in Les Cahiers du CEDREF, n°11, 2003, Diderot Université Paris VII, p. 17

15 Modules du 3 octobre 2019 au 19 mars 2020 :

- Module 1, jeudi 3 octobre 2019
- Module 2, mardi 8 octobre 2019
- Module 3, jeudi 17 octobre 2019
- Module 4, jeudi 24 octobre 2019
- Module 5, jeudi 7 novembre 2019
- Module 6, jeudi 14 novembre 2019
- Module 7, jeudi 5 décembre 2019
- Module 8, jeudi 12 décembre 2019
- Module 9, jeudi 16 janvier 2020
- Module 10, jeudi 23 janvier 2020
- Module 11, jeudi 30 janvier 2020
- Module 12, jeudi 6 février 2020
- Module 13, jeudi 20 février 2020
- Module 14, jeudi 12 mars 2020
- Module 15, jeudi 19 mars 2020

Les JEUDIS de 14h à 17h à l'exception du module 2, mardi 8 octobre 2019, Journée d'étude "Genre et archéologie"

PROGRAMME COMPLET BIENTÔT DISPONIBLE

60€ pour l'ensemble du séminaire hors la Journée d'étude du 8 octobre 2019 et la Journée d'étude du 19 mars 2020.

ATTENTION! LES PERSONNES POUVANT BÉNÉFICIER D'UN TARIF RÉDUIT (ÉTUDIANT.E.S, CHÔMEURS.EUSES, PENSIONNÉ.E.S, AMI.E.S DE L'UF) SONT PRIÉES DE S'ADRESSER DIRECTEMENT AU SECRÉTARIAT AU 02 229 38 25.

Dans le cadre des activités d'éducation permanente soutenues par la Fédération Wallonie-Bruxelles 

Rechercher